Atlantique-Japon Actualités

09 09 2004
Néputa de Hirosaki

Néputa de HirosakiTrueHirosaki est située à 688 km de Tokyo, 155 km d’Akita et 40 km d’Aomori, dans la région du Tohoku. La Nep­uta mat­suri sem­blable à celle d’Aomori, se déroule du 1er au 7 août, est l’une des plus belle fêtes du Japon. (Lire la suite…)

Hirosaki est située à 688 km de Tokyo, 155 km d’Akita et 40 km d’Aomori, dans la région du Tohoku. A l’origine Hirosaki s’est dévelop­pée autour de son château féo­dal et demeure l’un des prin­ci­paux cen­tres économiques et cul­turels d’Aomori. La région est réputée, comme celle d’Akita, pour être le berceau des plus jolies filles du pays, qui ont la par­tic­u­lar­ité d’avoir la peau très blanche. A vérifier !

Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki

La Nep­uta mat­suri sem­blable à celle d’Aomori, se déroule du 1er au 7 août, est l’une des plus belle fêtes du Japon. Un musée d’Hirosaki présente des répliques de char de parade et une col­lec­tion de poupées Kokeshi.

Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki

Les chars sont conçus sur deux à trois mois avant le fes­ti­val, par une solide équipe de bénév­oles. Si l’inspiration est sou­vent d’origine chi­noise, de légen­des d’héros his­toriques du Japon, le dessi­na­teur et pein­tre du char conçoit de nou­veaux dessins tous les ans sur des feuilles de papiers lais­sant passer la lumière. Rançon du pro­grès et de l’arrivée des fils élec­triques, des mécan­ismes sont réal­isés afin de baisser cer­tains pan­neaux, pour faciliter le pas­sage des très grands chars. A ce sujet j’ai admiré la par­faite organ­i­sa­tion, pour régler ce genre de petit prob­lème. En haut du char 2 guet­teurs sur­veil­lent. A un pas­sage cri­tique, coup de sif­flet, le char ralen­tit, les 2 équip­iers bais­sent les pan­neaux où font descen­dre le char téle­scopique. Un homme équipé d’une longue perche relève par­fois les fils si besoin.

Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki

Tous les ans il y a une com­péti­tion entre les dif­férents chars réal­isés par plusieurs quartiers de la ville une école, une asso­ci­a­tion (ama­teurs de
Néputa) ou avec des entre­prises. C’est le car­naval de Rio à la mode japon­aise. Cette année la com­péti­tion se fai­sait sur 75 chars de 6 à 12 mètres de haut. Nous avons pu ainsi avant le défilé, aller voir dans un hangar la pré­pa­ra­tion d’un char et des équipes. Le char est conçu sur une remorque qui sera trac­tée par deux cordes tirée par une cinquan­taine de per­son­nes pour les plus gros chars. Toute l’ossature en bois repose sur un plateau tour­nant. L’accès à l’intérieur sa fait par une échelle. Les papiers sont col­lés sur les arma­tures en bois avant d’être peint. Des ampoules sont dis­posées à l’intérieur: elles seront ali­men­tées par un petit moteur à com­bus­tion, dis­simulé sur la remorque du char. A l’origine c’était des bou­gies qui éclairaient les dessins.

Néputa de Hirosaki

La foule com­mence à s’installer vers 18h, soit une heure avant le départ du défilé. Cha­cun assis sur un siège, un morceau de plas­tique. Le marc­hand de glace situé à coté de nous a fait ce jour là un bon chiffre d’affaire. Sur une char­rette en bois peinte en bleu, un cais­son recueille la glace. Au dessus les cor­nets de couleur rose ou paille atten­dent. La mère et son fils se sont relayés pen­dant prés de 2h pour répon­dre à la demande. A la fin, le com­bat s’arrête faute de glace et cor­nets. Il fai­sait chaud ce jour là (34 ‚9°C), c’est vrai. D’autres vendeurs de glace avec le même type de véhicules s’étaient instal­lés tous les 20 mètres. Les mag­a­sins avaient sor­tis des étales où étaient empilés bois­sons, où dégustations.

Néputa de Hirosaki

A l’heure dite, le pre­mier char arrive tiré par 2 cordes et une équipes de tireurs en yukata aux couleurs du quartier com­péti­teur, chan­tant ou cri­ant « Yayado..Yayado.. » (Hop japon­ais). Les musi­ciens et danseurs précè­dent, un char­iot tiré à bras suit avec dessus trois gros tam­bours. Chaque tam­bour est frappé avec un bam­bou, par une musi­ci­enne juchée dessus, et par un musi­cien marchant der­rière. Arrivé devant nous le char s’arrête, qua­tre équip­iers manoeu­vrent en courant, avec une corde cha­cun, le haut du char illu­miné, mon­trant les pein­tures réal­isées sur cha­cun des cotés. Tous les mon­stres ou per­son­nages pren­nent alors vie. La foule exulte, applau­dit Le char repart.

Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki

Petit à petit l’ambiance s’échauffe des sons des flûtes et des tam­bours et du cri de la foule. Les dieux sil­lon­nent la ville dans cette péri­ode OBON dédiée aux ancêtres. Cette année, la chaleur et l’absence de pluie ont encour­agé tous les par­tic­i­pants. La fête dure 7 jours. Après ce mat­suri, Hirosaki entre en automne. C’est donc une fête qui clô­ture l’été de cette région nord de Honshu.

Néputa de Hirosaki

Lors d’un prochain voy­age dans cette région nous essayerons d’aller voir le Nébuta mat­suri d’Aomori, encore plus grandiose, d’après les échos. Pour plus de détails lire le prochain numéro d’A.J.

Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki
Néputa de Hirosaki

Par Alain et Yuriko

Atlantique Japon


Twitter